Posté le 23 mars 2022

Échanges autour de l’economie sociale familiale de là-bas et d’ici, une multitude de pratiques,
Différentes sources de richesse a été le thème de la journée mondiale du travail social à Polaris-formation ce mardi 22 mars.

Les échanges autour de l’ESF ont bien montré que le métier de Conseiller.ère ESF n’est pas une spécificité franco-française. Nous avons la preuve aujourd’hui que la multitude des pratiques est une source de richesse, nous l’avons expérimenté au travers des échanges que nous avons eu en visio et en présentiel, tout au long de cet après-midi. Plusieurs pays ont été représentés : le Cameroun, le Gabon, la Guinée et la France. Les différents témoignages se sont rejoints sur la nécessité de travailler auprès des populations précaires avec pour entrée l’économie sociale familiale. En effet, les problématiques sont différentes selon les pays concernés, mais se préoccuper de la promotion de la santé, de personnes particulièrement vulnérables, du développement durable, demeurent des préoccupations communes. La difficulté pour certains pays est de faire reconnaitre le travail social et de l’intégrer dans des orientations politiques.

Un grand merci à l’A.C.E.S.F-CA- Association des Conseillers en Economie Sociale Familiale du Cameroun, l’ACESF-GUINÉE- ONG de Conseillers en Economie Sociale Familiale de Guinée et de l’Université de Labé, étudiant.e.s et enseignant.e.s du Département ESF, de l’ASV Arbre Source de Vie du TOGO, de l’Orphelinat “La Maison du Bonheur – Hakuna Matata” à Conakry, de l’ARPESF Limousin – Association Régionale des Professionnels de L’Economie Sociale Familiale, de l’AAPF – Association Aide aux Pays Francophones, du service DANIMA- Dispositif d’accueil de Jour de Mineurs Non Accompagnés du CEFP Vieux Collège, de Limoges et bien évidemment des étudiant.e.s de Polaris-formation.

L’ACESF-Guinée, toute nouvelle ONG, a été particulièrement félicitée pour son travail et sa ténacité à vouloir promouvoir l’ESF, comme outil d’émancipation des populations vulnérables guinéennes.
Cette journée est le début d’une collaboration prometteuse autour de l’ESF en pays francophones. Les associations du Gabon et du Congo n’ont pas pu se joindre à cette journée pour faute de connexion, ce ne sera que partie remise.

 

  

 

PARTAGER CET ARTICLE
RETOUR AUX ACTUALITÉS