Posté le 21 mai 2021

Les étudiant.e.s CESF et TISF ont participé à un voyage studieux en Europe !

La semaine du 17 au 21 mai a été riche de rencontres avec des services sociaux espagnol et belges. Ces échanges ont traversé différents champs de l’intervention sociale, à savoir le handicap, la migration, l’hébergement de personnes en grande précarité, et aussi l’accompagnement des populations sur les différents quartiers de Bruxelles. Il a été alors question de médiation de quartier, d’empowerment et ce, au travers du fonctionnement d’une épicerie sociale ou d’un magasin de seconde main.

Ces échanges par visioconférence ont permis de compenser le fait de ne pas pouvoir voyager et ont eu le mérite même à distance de saisir l’engagement et l’éthique qui animent des intervenant.e.s sociaux.ales.
Pere, responsable de l’insertion professionnelle de jeunes atteints de troubles autistiques, nous a fait partager sa conviction d’inclure ces personnes dans le milieu « ordinaire » de travail, près de Barcelone.
Léopold, assistant social a demandé aux étudiant.e.s de s’interroger sur les travailleurs sociaux qu’ils et elles, veulent être. Il a donné pour exemple, l’accompagnement des personnes vulnérables lors du suivi du Revenu d’Intégration Sociale en Belgique, quels liens veulent construire les travailleurs sociaux, confiance ou suspicion ?

Avec Pauline, Alice, Claire et Etetu, nous avons partagé des valeurs communes autour de l’accompagnement des migrant.e.s dont les mineur.e.s non accompagné.e.s, jeunes particulièrement vulnérables.
Valérie nous a fait visiter le centre de jour et le centre d’hébergement de personnes en situation de handicap, nous avons pu saluer ces personnes sans les perturber dans leurs activités.

Marc a été au cœur des préoccupations des étudiant.e.s en montrant bien l’importance de la médiation dans la relation au sein des quartiers. C’est un travail qui fait appel à de la pédagogie, de la prévention mais aussi qui participe à la construction de liens intergénérationnels et transculturels. Il s’articule autour d’un partenariat fort.
Caroline et Mathieu nous ont proposé une réflexion sur l’accueil des sans-abris : la présentation des différents services d’aide a été illustrée par le témoignage d’Emmanuel, directeur de la maison d’accueil « Le triangle ». L’accueil y est inconditionnel avec la présence de plus en plus de familles.

Paul et Marie ont été les ambassadeurs de tous les acteurs du Centre d’Entraide de Jette, engagés et mobilisés pour lutter contre différentes facettes de la précarité, pour nous présenter l’activité de trois pôles (social, éducation, économie sociale et insertion professionnelle) développée par cette Association Sans But Lucratif, et les valeurs humanistes qui les sous tendent.

Resto Jette est une structure d’accueil inconditionnel de « première ligne ». La présentation de Nicolas, le responsable, nous a permis de saisir, qu’au-delà de l’offre de l’aide proposée (la vie quotidienne), le lien humain est essentiel dans le projet. La réponse au besoin appartenance et d’estime de soi est une vraie préoccupation à laquelle toutes les parties prenantes du projet contribuent : personnes accueillies, salarié.e.s, bénévoles, partenaires. Le projet du Resto de Jette est d’être un lieu pour « se restaurer » au sens large.
La dernière rencontre a été avec Saïd, directeur du service d’accompagnement de Bruxelles. Une réflexion a été engagée sur la démarche d’inclusion des personnes en situation de handicap et plus particulièrement dans le cadre du travail en milieu ordinaire ; il a insisté sur le fait que la durée de l’accompagnement se fait au rythme de la personne (importance de la confiance et de l’écoute) avec une approche méthodologique précise.
L’année prochaine, c’est sûr on voyage ! On est tous et toutes impatient.e.s de se retrouver !

 

PARTAGER CET ARTICLE
RETOUR AUX ACTUALITÉS