Posté le 29 mars 2023

Ces journées Mondiales du travail social ont été l’occasion de mieux nous connaitre et de créer des liens entre partenaires d’Europe et d’Afrique.

Lundi 20 mars 2023 : premier travail  autour de l’accueil des apprenants en stage.

Ces échanges se sont déroulés en visioconférence avec l’Université de Labé en Guinée, représentée par son vice-recteur et le responsable des stages, du chargé de projet à la direction adjointe des études Cégep de l’Outaouais, Gatineau au Québec, du responsable de l’association ASV du TOGO , du président de l’association d’Entraide de Jette de Bruxelles, de la coordonnatrice d’un lieu d’accueil « La Rencontre » de Bruxelles, d’un coordinateur d’une mission locale de Bruxelles-ville, du président et de deux membres de l’Association ACESF Guinée.

Il ressort de cette réunion, une envie de travailler ensemble pour faciliter la mobilité de nos apprenants avec l’idée de rencontrer les responsables de la coopération au sein des ambassades pour l’obtention de visa de l’Afrique vers l’Europe. Il a été émis l’idée d’envisager la création d’un consortium afin d’échanger sur les pratiques entre les pays de l’hémisphère sud (Cameroun, Guinée, Togo), de poursuivre ou entamer une collaboration au niveau des cours entre les pays de l’hémisphère nord et les pays de l’hémisphère sud. L’objectif de cette rencontre a été de s’informer sur comment le stage est préparé, accompagné et évalué dans le parcours des étudiants. Le projet serait que tout apprenant puisse avoir l’opportunité d’effectuer une période de mobilité à plus ou moins long terme, que ce soit lors un stage ou lors d’un voyage d’étude. Cette mobilité serait à valoriser dans un outil, tel que le portfolio.

Mardi 21 mars nous a permis de nous interroger sur la place de l’enfant dans les familles d’ici et d’ailleurs avec en duo, Charles DI psychologue clinicien, chargé d’enseignement à Université Paris Cité et Salmana DIALLO, enseignant chercheur à l’Université de Labé en Guinée, doctorant au Laboratoire de Sociologie, d’Anthropologie et de Psychologie à l’Université Cheick Anta DIOP de Dakar.

L’auditoire était composé en présentiel de 180 personnes, avec nos étudiants de différentes filières, des représentants des sites qualifiants et en visioconférence des étudiants et enseignants de l’Université de Labé, des sites qualifiants du Togo, de Mayotte, et de Belgique. Cette hétérogénéité a facilité un échange transculturel d’une grande qualité. A travers des sources théoriques, des expériences de terrains, des apports sur la culture Guinéenne et sur les liens de parenté en Afrique de l’Ouest, nous avons tenté d’identifier des outils de travail et d’enrichir nos compétences pour mieux accompagner les enfants et leurs parents venus d’ailleurs. Grâce à nos deux intervenants, nous avons identifié la complexité pour les travailleurs sociaux d’ici,  d’évaluer des situations familiales avec des enfants d’ici mais venus d’ailleurs, élevés par des parents venus d’ailleurs.

Un grand merci à tous les participants d’ailleurs et d’ici qui nous ont aidés à penser autrement, à nous familiariser avec l’altérité,  et à nous décentrer.

 

PARTAGER CET ARTICLE
RETOUR AUX ACTUALITÉS